Toutes les escales sont rangées par ordre chronologique (les plus récentes en premier). Cliquez sur les photos pour les agrandir...


Gambier : début février 2008 - fin mars 2008

Cliquez sur la zone rouge pour voir une carte plus détaillée.


Temoe   Gambier   

Temoe

30/03/2008 - 31/03/2008

On a pu mouiller une nuit à Temoe en compagnie des Roselière, il y a une zone avec moins de fond qu'ailleurs à la pointe NE de l'atoll, en face de l'épave : entre 10 et 20 m de fond assez loin du bord mais il faut vraiment que la mer soit calme...Benoit et Julien ont réussi à débarquer à la nage sur le platier, puis Tom en kayak. On y a récupéré quelques bouées (pour les revendre aux fermes perlières des Gambier) mais on s'y est bien fait rouler.

Temoe Benoit et Julien ont réussi à débarquer sur le platier L'épave en face du "mouillage"

Haut de la page   


Gambier

10/02/2008 - 30/03/2008

Les Gambier, un mélange intéressant de lagons style Tuamotu et d'îles hautes style Marquises, les îles les plus à l'Est de la Polynésie Française et très isolées...A l'intérieur d'un grand lagon (15 milles de diamètre) on trouve 4 îles principales : Mangareva, la principale, Taravai, Akamaru, Aukena, et un certain nombre d'îlots et de motus.
On a bien exploré le lagon et on a beaucoup apprécié les mouillages vers la barrière, comme Tauna (l'île aux oiseaux avec une belle langue de sable pour débuter en kite surf) ou Puaumu (plus au Nord, on dirait vraiment les Tuamotu). Le motu de l'aéroport (Totegegie) a un joli platier mais on se souvient surtout de la belle gamelle de Benoit en kite, qui lui a coûté quelques semaines de repos ! Sur les îles, celui de Rikitea (la capitale, sur Mangareva) n'a pas beaucoup d'intérêt à part la "ville" où le ravitaillement est (très) aléatoire, ou les balades sur l'île. On a par contre beaucoup aimé le mouillage de Mekiro réservé aux initiés, ou Taravai avec ses plantations de pins. Les perles des Gambier sont aussi très réputées et on a eu la chance de participer à la greffe des nacres avec Bertrand et Lucie d'Akamaru.
L'aspect isolé est aussi plutôt sympathique, il y a très peu de voiliers (on était 6 bateaux sur l'ensemble de l'archipel) et les contacts avec les gens sont très agréables.

Infos pratiques, quelques petites choses à ne pas oublier !

-Il n'y a pas de distributeur de billets et il faut penser à venir avec de l'argent liquide...Solutions alternatives : travailler dans une ferme perlière ou se faire envoyer un mandat.
-Il faut aussi prévoir un bon stock d'essence, le seul moyen d'en avoir (à moins de connaître quelqu'un qui en a ou d'en racheter à un particulier) est de commander un fût de 200l sur le Taporo (le cargo qui ravitaille les Gambier) qui arrive à la rotation suivante (c'est à dire 3 semaines plus tard).
-Il n'y a pas encore d'Internet accessible, quelques particuliers ont une connexion mais il n'y a pas d'autre moyen pour avoir Internet.
A part ça, les Gambier nous ont vraiment enchanté et on serait bien restés un petit mois de plus !

Taravai, en arrivant sur les Gambier Le motu de Kouaku à l'est de l'archipel

Haut de la page    Cliquez ici pour voir plus de photos des Gambier...